Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Père Noël n’est pas l’ordure qu’on dit

Depuis la sortie de ce fameux film qui passe en boucle sur les chaînes francophones chaque année à pareille époque, il est devenu de bon ton mais toujours d’aussi mauvais goût de claironner à la cantonade : « le Père Noël est une ordure ». J’avoue honteusement avoir participé à cette campagne de dénigrement et je tiens à faire ici amende honorable : tout bien réfléchi, le Père Noël est un gars bien.

Brailler « le Père Noël est une ordure » est une façon peu élégante de se distinguer, à la manière des potaches chahuteurs des fonds de classes, et il est fort regrettable de constater qu’à tous les coups il y en ait toujours pour rire grassement de cette sentence imbécile et non fondée en la reprenant en chœur « le Père Noël est une ordure ». Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils disent, un peu comme les hordes de manifestants qui déferlent dans nos rues en scandant bêtement n’importe quel slogan fasciste. Mettons ça sur le dos de l’effet de groupe, ce qui n’enlève rien à la responsabilité individuelle, mais qui allège la conscience collective.

Pire, et là on dépasse l’entendement, il y en a qui vont jusqu’à faire semblant de douter de l’existence même du bon Père Noël. C’est du négationnisme outrancier, et j’estime que ce devrait être lourdement et universellement condamné. Je propose qu’il soit désormais inscrit dans les constitutions de tous les États : « il est obligatoire de croire au Père Noël sous peine de sanctions». Surtout dans les régions du monde qui vivent sous le joug de gouvernements autoritaires, voire dictatoriaux, là où croire au Père Noël est une question de survie des peuples pour supporter la pénibilité des promesses sans lendemain et des assiettes vides.

Et puis, le Père Noël a-t-il jamais failli à ses promesses ? Non, et pour cause, il n’en fait jamais. Depuis tout gosse, je lui envoie chaque année une lettre pour lui faire part de mes désirs ; ça a été du petit camion de pompiers jusqu’à dernièrement une demande de libération pour un ami injustement entôlé. Jamais, jamais je n’ai reçu le moindre avis de réception, jamais la moindre promesse. Tiens, pas plus tard qu’hier, je l’ai croisé au détour d’une allée dans un grand magasin, près du rayon Coca Cola dont il arbore commercialement les couleurs, et je lui ai demandé en le regardant bien droit dans les yeux : « alors, Monsieur Noël, est-ce cette année que vous allez faire libérer mon ami ? »… Rien, pas un mot, même pas un regard. Il m’a poussé de côté pour empoigner un galapiat hurlant de terreur qu’il a fermement maintenu sur les genoux le temps d’une photo. J’ai continué mon chemin tête basse, l’esprit perdu dans le brouhaha de la foule.

Je suis sûr qu’il m’a entendu, mais lui est-il possible d’exaucer ce vœu quand on sait qu’à l’impossible nul n’est tenu et qu’il lui est difficile de s’immiscer dans les affaires de Justice d’un État souverain ?

Mon esprit devenu critique à force de désillusions me laisse penser que la réputation de ce monsieur est d’ailleurs largement surfaite. L’évidence s’impose : il lui est matériellement impossible de contenter tout le monde. D’ailleurs, sur les vidéos filmées à Rovaniemi d’où il part pour sa tournée de fin d’année, on voit clairement que dans son traîneau il n’y aura pas de cadeaux pour tout le monde. De plus, on comprend fort bien que sa vieille troïka est mal adaptée aux pistes africaines et que ses rennes risquent de mal supporter la chaleur moite équatoriale. Donc, mes amis camerounais, continuez de croire au Père Noël, mais avec de nettes réserves toutefois. Pourra-t-il seulement arriver jusqu’à vous pour vous combler de cadeaux ?

En tous cas, moi, j’y crois au Père Noël, mais le brave homme ne peut pas faire plus qu’il peut. J’ai compris qu’il ne faut s’adresser à lui qu’en tout dernier ressort, quand tous les autres recours auront été épuisés. Pour la libération de mon ami, je veux continuer de croire que la Justice des hommes fera correctement son travail et que cessera la torture. Et le plus tôt sera le mieux. Merci Père Noël de garder un œil là-dessus quand-même.

Joyeuses fêtes à toutes et à tous y compris à PEK... si ce n'est pas trop cynique. HUBERT

Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #coups de gueule! coups de coeur!

Partager cet article

Repost 0