Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« … et en plus Coluche n’est plus là ! »

On meurt de faim, dans le monde ; ce n’est pas un scoop et ce n’est pas prêt de s’arranger si on en croit le récent rapport d’Olivier De Schutter, rapporteur auprès des Nations Unies.

Amis lecteurs, je vous perçois d’ici penser « de quoi j’me mêle » en lisant mes lignes, moi le défenseur inconditionnel de Paul Eric Kinguè. Quel rapport y a-t-il entre les déboires de PEK et la faim dans le monde ? Minute, j’y viens.

Le Pr Olivier de Schutter qui avait succédé à Jean Ziegler comme rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation auprès des Nations Unies est arrivé en fin de mandat et son dernier rapport vient d’être publié. http://www.srfood.org/images/stories/pdf/officialreports/20140310_finalreport_fr.pdf

Il en ressort que même s’il constate quelques points positifs, le constat général est amère. Ça ne s’arrange pas. On l’a entendu dire il y a quelques jours sur les ondes d’une radio belge : la FAO estime que le nombre de personnes ayant faim est de 842 millions ; je situe plutôt ce chiffre aux alentours de 1,2 milliards.

On se souvient que déjà en 2008 son illustre prédécesseur le Pr Jean Ziegler avait martelé ces paroles accablantes : l’agriculture mondiale peut aujourd’hui nourrir 12 milliards de personnes. Il n’existe donc à cet égard aucune fatalité : un enfant qui meurt de faim est un enfant assassiné.

Dans l’urgence, Coluche le clown au grand cœur avait créé les Restos du Cœur et on a vu le très médiatique Bernard Kouchner transporter un sac de riz sur son dos pour le distribuer aux populations affamées. Louables initiatives, certes, mais qui ne guériront sans doute pas le mal en profondeur.

Parmi les constatations du Pr de Schutter, il en est une qui a attiré mon attention : en gros, il affirme que nous avons les solutions techniques pour éradiquer la faim, mais qu’il manque la volonté politique. Les grands groupes agroalimentaires sont en position dominante sur les marchés mondiaux et ont maintenant un droit de veto dans les systèmes politiques.

Bien dit ! Si on s’en tient par exemple au cas particulier du Cameroun où des enfants vont se coucher chaque soir avec le ventre creux, pas besoin d’être expert pour constater qu’il est aberrant pour ce grenier de l’Afrique d’exporter en masse ses produits agricoles quand au pays on crie famine.

Exemple plus précis encore, et c’est là que nous croisons le chemin de Paul Eric Kinguè, il n’est pas normal que les ouvriers agricoles de Penja s’usent la santé à produire des bananes qui seront distribuées en France, pour un salaire de misère qui ne leur permet même pas de les acheter. Tout au plus auront-ils droit aux rebus.

PEK s’inscrit donc parfaitement dans l’une des solutions que l’on devine préconisées par le Pr de Schutter : rendre au pouvoir politique le droit de tempérer les ardeurs dévastatrices des grands groupes agroalimentaires.

Il serait utopique de demander aux bananeraies de Penja de se transformer d’un coup de baguette magique en bienfaitrices de l’humanité, business étant business, mais si déjà elles se conformaient aux lois commerciales du pays, tout irait certainement mieux.

Hélas ! PEK, en exigeant seulement qu’elles payent normalement les taxes communales auxquelles elles sont soumises (et dont elles ne se sont toujours pas acquittées à ce jour malgré le scandale médiatisé de l’affaire Kinguè), PEK donc s’est violemment heurté à l’opposition du pouvoir politique en place lui-même soumis à la volonté toute puissante des magnats de l’agro-industrie.

Bref, on n’est pas sortis de l’auberge, si tant est qu’on puisse parler d’auberge pour Paul Eric Kinguè qui croupit dans une prison infecte. « … et en plus Coluche n’est plus là ! »

HUBERT

« … et en plus Coluche n’est plus là ! »« … et en plus Coluche n’est plus là ! »« … et en plus Coluche n’est plus là ! »
Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #coups de gueule! coups de coeur!

Partager cet article

Repost 0