Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Parler à un mur

Pire qu’une gifle, il y a l’indifférence, le silence, l’ignorance totale de ce que vous faites, ou dites, ou êtes.

Si vous n’avez jamais vécu pareille humiliation, c’est sans doute que vous vivez sur une étoile déserte, loin de toute civilisation, avec même pas une rose à qui parler. Ou alors, c’est que vous êtes dépourvu de toute sensibilité humaine.

Quand, lors d’une conversation animée, vous glissez un avis pertinent, il faut vous attendre à des réactions. Par ordre de dégradation, il y a :

- le tonnerre d’applaudissements adulatoires avec standing ovation

- l’approbation générale qui va des puissantes exclamations jusqu’aux murmures polis

- le déclenchement d’un débat contradictoire plus ou moins civilisé

- la réprobation totale avec bombardement de chaussures, voire de coups de poings ou de bombes nucléaires

- et, enfin, pire que tout : rien. Aucune réaction, même pas un haussement d’épaule ni même de sourcil. RIEN.

Avec comme conséquences physiques et psychiques pour votre égo :

- torrent de larmes de bonheur, remerciements éternels, enflement du tour de tête

- jubilation modestement contenue

- affligeant sentiment d’incompréhension, de rage, de désespoir

- la honte, le blâme, l’irrésistible envie de se liquéfier, de s’évaporer, de disparaître à tout jamais dans les abîmes de l’oubli.

Suis-je donc le seul à avoir connu ça, la vanne qui tombe à plat, l’œillade appuyée à la belle qui passe son chemin en m’ignorant superbement sans même s’apercevoir qu’elle m’a écrasé au passage le gros orteil de la pointe de ses hauts talons, la lettre recommandée à laquelle on ne daigne même pas répondre ne fusse que par un simple avis de réception, ou cet horrible répondeur automatique qui me susurre hypocritement que mon appel sera traité dans les plus brefs délais ? Suis-je seul à avoir conscience d’être poussière ?

Taraudé par cette question existentielle, j’en ai bien touché un mot à mon psy, mais pour toute réponse ses ronflements furent sans équivoque : mes cris de détresse l’avaient plongé dans un profond sommeil.

J’en étais là de mes réflexions, las de mes réflexions, quand une sorte de gourou cybernétique (*) rencontré au hasard des dédales d’Internet m’a aimablement conseillé :

« taka t’inscrire sur Facebook, et jamais plus tu ne te sentiras seul au monde. Tu auras des amis, des amis d’amis, des myriades d’amis-d’amis-d’amis ».

Bon sang, mais c’est bien sûr, que n'y avais-je pensé ! Aujourd’hui, vous me voyez parfaitement épanoui et vengé. Il vous est maintenant devenu impossible de m’ignorer tant je barbouille vos murs Facebook de tags et de graffitis. Je suis là, j’existe !

Je me mêle sans vergogne à vos conversations, je m'immisce à vos débats sans que vous puissiez me couper la parole, et s’il arrive parfois que vous ne daigniez pas répondre à mes posts et commentaires, loin d’en être morfondu comme du temps de ma vie antérieure, j’exulte secrètement persuadé de vous avoir cloué le bec.

Je l’ai même retrouvée, vous savez, celle qui m’avait écrabouillé le bout du pied. Mais là, je me suis de nouveau retrouvé face à un mur. Elle n’a pas répondu à ma proposition de construire avec elle un mur mitoyen. Tout compte fait, ça reste parfois désagréable de s’adresser à un mur, fut-il Facebook. (**)

Pire qu’une gifle, il y a l’indifférence, l’ignorance totale de ce que vous faites, ou dites, ou êtes. C’est l’humiliation suprême infligée en ce moment à celui de mes amis qu’on laisse mijoter dans une prison infâme sans aucune explication, comme pour lui faire croire en son inexistence. Courage, PEK, tu es toujours bien présent dans nos esprits, tu as de nombreux amis, et pas rien que sur Facebook.

HUBERT

(*) Pour que ce soit clair : Cybernétique, science de systèmes complexes et autorégulés, qui s'intéresse principalement aux interactions entre ces systèmes et qui prend en compte leur comportement global afin d'appliquer ces interactions à d'autres champs

(**)" Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts " [ Newton ]

~~Note complémentaire: tout ceci n’est évidemment que pure fiction, du-moins en ce qui concerne mon psy et la belle aux escarpins. Et puis inutile de chercher, je ne suis pas sur Facebook. Par contre, PEK, lui, est bien réel, et ses tortionnaires aussi.

Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #coups de gueule! coups de coeur!

Partager cet article

Repost 0