Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

affaire PEK : condamnation connexe aux relents de sorcellerie

Intimidation ? Représailles ? Pure méchanceté gratuite ? On peut s’interroger sur ce qui justifie l’acharnement judiciaire que subissent la sœur de Paul Eric Kinguè et son mari sous le coup d’une condamnation dans un procès pour tentative d’assassinat par sorcellerie. Pour nous qui suivons l’évolution de l’affaire Kinguè, il n’y a guère de doute qu’il s’agisse là de l’un de ses dégâts collatéraux.

Bref rappel des faits : en février 2010, madame Emma Ndongo-Etonde l’unique sœur de PEK qui le nourrissait en prison est arrêtée au motif qu’elle aurait commandité l’assassinat de plusieurs personnalités, dont Laurent Esso et René Sadi. Elle et son mari auraient forcé une sorcière tchadienne à exécuter ces noirs desseins en envoyant un pigeon foudroyer les deux premières cibles d’une longue liste. Raté ! Le pigeon serait tombé raide mort après avoir survolé la résidence du sous-préfet de Njombé-Penja. Risible, dite-vous ? Non, tragique.

Depuis, c’est une famille terrorisée qui subit l’acharnement de la Justice. Hier, le fils et neveu de PEK m’a envoyé ce message que je vous livre tel quel et sans commentaires :

(…) je tiens a te dire que mes parents ont été convoqués au commissariat de penja aujourd'hui a 13h20 dans le cadre de l'affaire dite de pratiques de sorcellerie en coaction et tentative d'assassinat, pour payer la contrainte par corps de leurs condamnations par défaut qui s'élévent a 1.2500000frs. un million deux cent cinquante mille. Soit 650000frs chaqun a payer, puis a 18h30 mon papa est garder dans les cellules du commissariat de penja par le commissaire ABOU JONAS en attendant etre transféré a la prison de nkongsamba si rien n'est payer dans les prochain jours. face a cette situation nous nous sentons une fois de plus térifiés.

Je ne suis pas juge, et je ne voudrais pas l’être, surtout pas au Cameroun. Je ne suis donc pas compétent pour dire si un tel ou tel autre est coupable ou innocent. Mais il n’est pas nécessaire d’être ingénieur en mécanique automobile pour constater qu’un moteur ratatouille, par besoin d’être ébéniste pour voir qu’une chaise est bancale, pas besoin d’être juriste pour douter de l’intégrité d’un juge.

Depuis que je m’intéresse de près à l’affaire Kinguè, il m’est plus d’une fois arrivé de me sentir partagé à la fois entre indignation et compassion envers les magistrats chargés d’abattre le glaive de la Justice alors que la balance penche nettement en faveur de l’innocence du prévenu. Indignation parce que toute injustice est révoltante, surtout quand elle est pratiquée par ceux-là même qui en sont les garants. Compassion parce qu’il doit être pénible pour tout magistrat qui se respecte de se sentir obligé d’agir à l’encontre de ses principes déontologiques. C’est un peu comme si on obligeait les médecins à torturer leurs patients, ou aux maîtres d’écoles à apprendre à leurs enfants que deux plus deux font cinq. Aberrant, ridicule, nauséabond.

Messieurs les juges et procureurs qui avez été ou qui êtes encore en charge de l’affaire Kinguè et des procès connexes, sachez que je comprends votre souffrance morale. J’imagine non seulement les remords qui vous rongent d’avoir dû condamner un innocent, mais aussi la honte que vous ressentez après avoir été forcés de vous ridiculiser aux yeux du monde et de vos pairs en tentant désespérément de justifier vos condamnations par tous les moyens possibles, au besoin illégaux quand vous étiez à court d’arguments plausibles. Dans un système où « on a tous quelque chose ou quelqu’un à perdre » (pour paraphraser Paul Eric Kinguè qui sait de quoi il parle), on peut fort bien comprendre votre attitude, sans pour autant l’admettre.

De nouveau, des gens sont jugés et condamnés pour des faits qui n’ont rien à voir avec les raisons réelles mais inavouables de ce pourquoi ils sont punis.

HUBERT

_____________________

~~Alors nos tribunaux sont compétents pour juger les pratiques de sorcellerie !!! Ici la justice est prompte à faire exécuter une décision de justice. Par contre ça fait douze mois, (12) mois que PAUL ERIC KINGUE attend dans les prisons infectes de Douala que la cours suprême enrôle son affaire pour dire le droit. Pourquoi deux poids deux mesures, pourquoi la justice pour les uns, l'impunité et l'injustice pour les autres ? N'est-ce pas la meilleure façon, de grossir les rangs du BOKO HARAM ?

KUISSU GERARD Coordonateur National du TRIBUNAL ARTICLE 53

_____________________

note ajoutée le 20/08/2014:

~~salut Hubert, juste t'informer que mon papa a été incarcéré lundi 18 aout 2014 à la prison de nkongsamba aux environs de 17H30. condamné à payer une amende de 627699frs ( six cent vingt sept mille six cent quatre vingt dix neuf mille); ceci concernant la contrainte par corps. bien de chose a toi. Emmanuel Lucien

Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #affaire PEK

Partager cet article

Repost 0