Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PEK : la PHP s’enfonce d’avantage…

Nous faisions état il y a quelques jours du projet de PHP de faire signer par son personnel une pétition en réaction au rapport accablant établi par Transparency International Cameroon. C’est fait. PEK n’a pas tardé à réagir à chaud (très chaud même !). HUBERT

_____________________

affaire Paul Eric Kinguè : rapport de Transparency International Cameroon (TIC) – la PHP (Plantation du Haut Penja) s’enfonce d’avantage.

Correspondance de Paul Eric Kinguè, 22/10/2014

Dans une pétition obtenue sous menace de licenciements des ouvriers qu’elle vient de publier, la PHP dans l’unique souci de se donner bonne image aussi bien sur le plan national que sur le marché international de la banane, essaye de dénigrer le rapport de Transparency International Cameroon (TIC) dans lequel celui-ci après trois années d’enquête sur le terrain, dénonce les différents abus orchestrés dans les plantations de Njombe Penja.

Ce rapport professionnellement bien monté, n’a épargné aucune violation perpétrée par les patrons français de la banane camerounaise dans cette localité où règnent misère, esclavage, surexploitation humaine, pollution etc… La volonté manifeste des responsables de la PHP prouve à suffisance qu’elle n’est pas préparée à améliorer les conditions de vie aussi bien des ouvriers de leurs plantations que celles des riverains qui hébergent leurs investissements.

Sinon comment comprendre que pour ses seuls intérêts en termes d’image, la PHP force, intimide et menace de licencier quiconque n’a pas signé la pétition contre Transparency International ? Peuvent-ils se targuer d’avoir la bénédiction de leurs ouvriers en obtenant d’eux des signatures forcées ?

UNE PETITION MENSONGERE

La pétition publiée par la PHP dans les journaux depuis hier est truffée de contre-vérités :

1- La lettre ouverte attribuée aux employés de la PHP a été conçue, rédigée et mise en forme par la direction générale de cette entreprise.

2- Les salaires versés aux ouvriers de la PHP restent et demeurent en deçà des efforts quotidiens que fournissent ces employés pour atteindre les objectifs de production dont aime se targuer la PHP.

3- Aucun salaire à la PHP n’est supérieur deux à trois fois aux minimums légaux applicables au Cameroun. Les salaires continuent à osciller entre CFA 35 400frs (€53,97) pour personnel temporaire et CFA 42 000frs (€64,03) pour personnel permanent par mois. Même pas de quoi se nourrir pendant 30 jours et payer un loyer. En supposant que se nourrir à Njombe Penja, Manjo, Manengole, Loum coute CFA 1 000frs (€1,52) par jour (soit CFA 30 000frs (€45,73) par mois) pour un ouvrier marié et sans enfant, que lui reste-t-il pour payer son loyer à la fin du mois. Qu’en est-il donc du cas d’un ouvrier marié et avec enfant(s) à charge ? Que lui reste-t-il pour la santé ? Que lui reste-t-il pour la scolarité de ses enfants ? Tel est et demeure le combat de Paul Eric Kinguè (PEK), libre ou détenu.

4- La couverture médicale vantée par la PHP n’est qu’une simple vue de l’esprit, car même si par extraordinaire elle était allégée de 50%, comment l’ouvrier couvrirait-il les 50% restants, au vu des salaires ci-dessus mentionnés ? D’où lui viendrait de l’argent pour sa santé ? En admettant que le loyer le plus indécent à Njombe Penja est de CFA 10 000frs (€15,24) par mois, que resterait-il à l’ouvrier pour la scolarité de(s) enfant(s) ? Il n’est pas nécessaire pour nous d’informer la communauté nationale et internationale que le travail de l’ouvrier de la PHP commence à 05 heures du matin et finit à 22 heures dans le meilleur des jours, et à 01 heure du matin les jours de coupe de bananes.

Au regard de ce qui précède, la PHP ne peut pas se targuer de mettre ses employés et leurs familles au cœur de leurs préoccupations, d’où la dénonciation par Paul Eric Kinguè, dans les prochaines minutes de la certification « commerce équitable » décernée par FAIR TRADE organisme basé en Allemagne. Paul Eric Kinguè (PEK) saisit ce jour cet organisme (Fair Trade) pour lui demander de retirer cette certification décernée avec légèreté et sans respect des critères exigibles pour ce genre de certification.

5- Njombe Penja est le deuxième environnement le plus pollué au monde par des pesticides et engrais non conventionnels, interdits en Occident. Les bandes de sécurité entre les plantations, pulvérisés chaque jour par voie aérienne et les domiciles riverains ne sont toujours pas respectées. C’est ainsi que les domiciles Bonamdam et alentours se voient déversés des tonnes de produits chimiques toxiques tous les jours. Il en est de même des alentours de l’hôpital St Jean de Malte de Njombe, pour ne citer que ces cas. Les populations luttent contre le cancer, les maladies pulmonaires et ophtalmologiques au quotidien. LE GENOCIDE EST INEVITABLE !

6- Les impôts locaux dont il est question dans la lettre ouverte abusivement attribuée aux employés, montre à suffisance la mauvaise foi et la délinquance fiscale dans laquelle s’est retranchée la PHP. Elle dit et reconnait clairement (donnant ainsi raison à Paul Eric Kinguè) aux yeux du monde, qu’elle ne paye pas les impôts et taxes locaux pourtant obligatoires pour toute entreprise dont l’activité est régulière, permanente, et tournée au bénéfice.

Le monde entier vient de comprendre, à travers cette soi-disant lettre ouverte, que la PHP refuse délibérément et ce, au mépris des lois et règlements en vigueur au Cameroun, de payer les impôts locaux, socles pourtant, du développement des communes au Cameroun comme partout ailleurs dans le monde. Au nom et en vertu de quoi une entreprise française peut-elle refuser en le clamant haut et fort qu’elle ne paie et ne paiera pas les impôts locaux ? N’est-ce pas là une défiance lancée aux autorités camerounaises en général et aux localités qui abritent leurs investissements ?

Sur ce point précisément Paul Eric Kinguè entend dans les prochains jours déposer une plainte à la Cour Européenne de Justice contre la Compagnie Fruitière, détentrice de la PHP. Peut-on se targuer d’être une entreprise citoyenne quand on est une entreprise d’assassins et délinquante fiscale ? Le paiement régulier à hauteur de plusieurs centaines de millions de francs CFA par mois des impôts et taxes dûs à l’État auprès de la Direction Générale des Grandes Entreprises n’exonère pas la PHP des taxes locales qui ne sont pourtant pas une invention du Cameroun. Il n’existe aucune commune en France qui ne perçoit pas des entreprises qu’elle héberge, les impôts locaux.

7- La PHP exploite environ 4 000 hectares sur un total de 7 000 hectares qui lui ont été octroyés, soit 40% des terres de Njombe Penja contrairement aux 11% avancés dans la soi-disant lettre ouverte qu’elle vient de pondre.

Enfin, la PHP prétend entretenir une relation harmonieuse avec les populations riveraines qui croupissent pourtant dans la misère, incapable d’envoyer leurs enfants à l’école avec des salaires modiques tel que démontré plus haut, des populations qui vivent dans des quartiers presqu’inaccessibles du fait des routes inexistantes ou coupées de « nids de poules » alors que les routes carrossables sont créées au sein des plantations de la PHP qui refuse de payer les impôts susceptibles d’améliorer les infrastructures minimales nécessaires pour ces populations, exposées en saison sèche à la poussière (donc au rhume et maladies virales multiples) et en saison pluvieuse à la boue.

En définitive, fort de tout ce que nous venons de développer, aucun employé mais alors aucun ne peut délibérément, en âme et conscience et en toute liberté, signer une telle lettre ouverte contre Transparency International.

La lutte pour la prise en compte des populations du Moungo et des ouvriers des plantations continue sans relâche, malgré la détention à New Bell.

PEK.

(voir aussi : 5103 employés de la PHP dénoncent un rapport de Transparency International)

http://www.investiraucameroun.com/agriculture/2210-5756-cameroun-5103-employes-de-la-php-denoncent-un-rapport-de-transparency-international?fb_action_ids=696855940411115&fb_action_types=og.comments
Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #affaire PEK

Partager cet article

Repost 0