Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

courage, PEK, tiens bon !

Totalement innocenté mais toujours en prison, Paul Eric Kinguè attend le bon vouloir de la plus haute autorité judiciaire de son pays qui devrait logiquement le libérer de ses chaînes. Faisant preuve d’une surprenante mauvaise fois, la Cours Suprême du Cameroun a prétexté une discutable tracasserie administrative pour infliger à PEK un mois de détention supplémentaire, et il est maintenant à espérer que ce 16 juillet 2015 plus rien ne s’opposera plus à sa libération.

La Justice camerounaise ayant parfois des raisons que la raison peine à comprendre, les défenseurs de PEK au Cameroun font preuve de détermination et de ténacité afin d’éviter les incessantes torpilles lancées par ses adversaires comme dans un ultime baroud d’honneur avant de devoir admettre leur inéluctable défaite.

Chats échaudés craignant l’eau froide, nous restons confiants mais inquiets ; on ne s’habitue pas aux désillusions. Même s’il ne fait aucun doute qu’un arrêt favorable sera rendu prochainement, tout encouragement venu de l’étranger pour inciter la Justice à dire le droit dans les règles de l’art serait la bienvenue. Dans cet esprit, nous espérons que Mr le Président Hollande aura eu le temps d’évoquer le cas de PEK avec son homologue camerounais SEM Biya durant le bref entretien qu’ils ont eu récemment… même si des analystes mettent sérieusement en doute la grandeur d’âme affichée officiellement par la France en matière de respect des droits de l’Homme quand il s’agit des intérêts supérieurs de la Françafrique. (*)

Confidences diplomatiques obligent, nous ne saurons sans doute jamais si le Président du pays des droits de l’Homme aura tenu ses promesses comme elles sont rappelées dans l’article ci-dessous, mais rien ne nous empêche de l’espérer.

Confiance et courage, PEK, tiens bon ! HUBERT

ARRIVEE DE FRANÇOIS HOLLANDE AU CAMEROUN: LE CAS PAUL ERIC KINGUE AU MENU.

Source : https://www.facebook.com/pauleric.kingue

Depuis quelques heures les supputations sur l'agenda du président français, François Hollande font les choux gras de la presse nationale. Parmi celles-ci, les dossiers des détenus Lydienne Eyoum et Marafa Hamidou Yaya. La presse nationale qui sait dans la plus part de temps tirer ses renseignements à bonne source malgré ses modiques moyens, semble s'être plantée cette fois ci, en ne fouinant pas sur un cas qui préoccupe au plus haut niveau François Hollande; le cas Paul Eric Kingue dont la procédure est grippée à la cour suprême du Cameroun depuis quelques semaines.

Dans une lettre datée du 28 fevrier 2015, et signée de Isabelle Sima, Directeur du Cabinet du Président de la République Française, François Hollande informait monsieur Hubert Ducarme, président du groupe de soutien à Paul Eric Kingue basé au Luxembourg de sa forte préoccupation du cas de l'ex maire de Njombe Penja détenu à la prison de New Bell depuis Février 2008.

《Le Président de la République française a bien reçu le courrier par lequel vous appelez son attention sur la situation de Monsieur Paul Eric KINGUE, ancien maire de Njombé-Penja, emprisonné au Cameroun depuis 2008. Son cas, ainsi que les condamnations dont il a fait l'objet, sont connus des services du ministère des affaires étrangères et du développement international.》

Dans la même lettre François Hollande dit avoir pris connaissance de l'avis du Groupe de Travail des Nations Unies sur les Détentions Arbitraires.

《Nous avons pris connaissance de l'avis du groupe de travail des Nations Unies sur les détentions arbitraires, qui conclut que l'arrestation et la détention de Monsieur KINGUE constituent une détention arbitraire et que le Gouvernement camerounais est donc tenu de prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à cette situation et d'accorder les réparations appropriées à la victime.》

Et pour boucler sa correspondance François Hollande rappelle l'attachement de la France aux questions de droits de l'homme et se donne la mission dans le cadre de son dialogue avec les autorités Camerounaises comme avec ses partenaires internationaux de rappeler au Cameroun ses engagements internationaux quant au problème de Paul Eric Kingue.

Voilà qui est clair sur l'un des points dont parleront Paul Biya et François Hollande. Vivement que les deux hommes dénouent cette affaire devenue chronique et suicidaire pour la justice Camerounaise dépassée par les pressions occultes visant à maintenir Paul Eric Kingue en prison.

(*) Veuillez trouver ci-dessous le dossier de l'association Survie concernant la tournée au Bénin, en Angola et au Cameroun du Président français François Hollande:

http://survie.org/francafrique/article/tournee-africaine-de-hollande-4972

Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #affaire PEK

Partager cet article

Repost 0