Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

infos au conditionnel : attention, venin.

Autant j’éprouve d’estime et même d’admiration pour les pros de l’info qui travaillent parfois au péril de leur sécurité dans le respect de l’éthique journalistique, autant je m’insurge contre certains abus du Quatrième Pouvoir. Il en est un, des plus insidieux, qu’il faut dénoncer pour les ravages qu’il occasionne : la distillation sournoise d’informations au conditionnel.

« Il paraîtrait que… Untel aurait dit ou fait ceci ou cela…» D’accord, ce n’est pas mensonger et, en prenant la précaution d’utiliser le mode conditionnel, les journaleux se dédouanent ainsi automatiquement de toute entorse déontologique. Je dis ça, mais je ne dis rien. Bien joué ; ça fait un scoop qui ne mange pas de pain et c'est tout bon pour l'audimat.

N’empêche, le missile est lancé, la cible atteinte, et l’onde de choc ébranle l’opinion publique. Autant la Justice est lente, paralysée par un fatras de règles contraignantes, autant la justice populaire est fulgurante et sans nuances. Et si même par la suite il s’avère que la cible n’avait rien à se reprocher, elle se retrouve détruite sous les regards suspicieux puisque, c’est bien connu, il n’y a pas de fumée sans feu.

Exemple concret : il y a peu, un demandeur d’asile aurait agressé sexuellement une fillette à la piscine communale d’une petite bourgade belge. Gros émoi / réunion du conseil communal / décret d’interdiction d’accès à la piscine pour les demandeurs d’asile et autres immigrés, réfugiés, terroristes en herbe / communiqués dans la presse et sur les antennes nationales / indignation générale / qu’on les renvoie tous dans leurs pays. Le lendemain : démenti formel. Le jeune homme a juste porté secours à une gamine qui buvait la tasse. Oups ! Pardon. Mais un règlement de bonne conduite sera quand-même affiché en Arabe à l’entrée de la piscine et les parents éviteront d’y conduire leur progéniture quand des étrangers y font trempette. Avec ces gens-là, il vaut mieux être prudent, n’est-ce pas. (C’était quand-même plus sûr du temps de l’apartheid…)

Autre exemple, ça date d’hier : une haute magistrate de Bruxelles aurait inventé avoir été agressée. Nez cassé, yeux tuméfiés, elle aurait imaginé ce bobard pour des raisons peu reluisantes au vu de ses hautes fonctions. Aucune certitude, mais il paraîtrait que rien jusqu’à présent ne corrobore ses déclarations. Qu’à cela ne tienne, cette non-information a été longuement développée sur les antennes de la très sérieuse RTBf, et un débat public a été lancé sur Viva Cité, émission à forte audience. Qu’en pensez-vous chers auditeurs ? Réponse unanime : quelle honte ! Qu’on lui coupe les c… (Par bonheur, il paraîtrait qu’elle n’en a pas (info que je n’ai pas pu vérifier de visu, raison pour laquelle je l’écris au conditionnel).) Moi, je reste perplexe : coupable ou pas coupable ? Je ne suis ni enquêteur ni juge pour le dire, mais ce qui est sûr c’est que dans tous les cas la voilà maintenant victime.

De grâce, mesdames et messieurs les journalistes, respectez la déontologie de votre noble métier. Revenez-nous avec des certitudes et pas des hypothèses. Nous avons déjà tant à faire pour démêler le vrai du faux, entre info, intox, canulars, propagande… sans qu’en plus vous veniez en rajouter en propageant des suppositions qui tournent à rumeurs, puis qui s’amplifient et se terminent en lynchages indignes de nos États de Droit. Et nous, humbles sujets de basse-cours, évitons de hurler systématiquement avec ceux qui crient le plus fort.

La Presse est là pour nous informer, voire pour dénoncer ; la Justice est là pour juger et éventuellement condamner, et nous pour nous émouvoir, mais en sachant raison garder. A moins d’une complète refonte de nos systèmes, ni la Presse ni nous-mêmes n’avons à nous ériger en justiciers, et certainement pas sur base d’infos au conditionnel.

HUBERT

Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #coups de gueule! coups de coeur!

Partager cet article

Repost 0