Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

saga sexuel-flash-mob, 3ème partie.

Pardon à vous, lectrices et lecteurs de ce blog, si je déroge une fois de plus à ma ligne éditoriale par mes réflexions hors sujet. C’est que, comme tout un chacun ici en Europe, je me sens interpellé par le problème de l’accueil que nous réservons aux réfugiés.

Pas d’angélisme. Il est certain que parmi ceux qui se prétendent réfugiés fuyant les guerres se glissent parfois des individus peu reluisants, voire dangereux. D’accord. Et je suis d’avis que ceux-là ne méritent pas d’être aidés. Croyez bien que je ne tiens aucunement à dédouaner des délinquants. Mais je m’insurge contre le vaste courant d’idée xénophobe qui déferle ici, attisé par les nostalgiques des pires horreurs qui ont fait notre histoire, et par des politiciens qui tentent de camoufler leurs maladresses en surfant sur le succès populaire des mouvements extrémistes via la presse et les médias acquis à leurs causes douteuses.

L’incident du flash-mob sexuel de Cologne en est à mon avis un exemple flagrant. Je dis bien «incident», car ce fait divers a été monté en épingle. En comparaison, pas un mot sur les viols à répétition, d’année en année, lors des fêtes de la bière de Munich, ou sur ceux tout aussi récurrents des fêtes de Bayonne tellement inadmissibles que la mairie prend maintenant soin d’afficher aux portes de la ville la mise en garde que je place ici en illustration.

Monté en épingle parce que la moitié des plaintes ne portaient pas sur des délits d’ordre sexuel comme on nous l’a laissé croire. Plus de mille viols, vous imaginez ?

Monté en épingle parce qu’on a étendu le terme « viol » aux simples attouchements et même aux propos déplacés, ce qui, vous en conviendrez, est loin de l’idée de viol telle qu’on se la fait dans l’imaginaire populaire. Pas besoin de dessin pour comprendre.

Monté en épingle surtout parce que, directement et de sources policières «anonymes», on a jeté l’opprobre sur les réfugiés, c’est-à-dire pour le citoyen moyen (que je suis), sur tous ces gens qui fuient les bombes et viennent frapper à nos portes pour demander aide et assistance.

Puis est venue la publication du rapport d’enquête : parmi les suspects, on dénombre seulement trois réfugiés de guerre (2 Syriens, 1 Irakien), les autres malfrats étant principalement des immigrés économiques venus tenter leur chance ici, comme je l’ai fait moi-même en quittant ma Belgique natale, avec 500.000 de mes concitoyens vivant actuellement à l’étranger, comme des millions et des millions d’Européens à travers le monde... Ce qui est on ne peut plus normal, et d'ailleurs inscrit dans la charte des Droits de l'Homme approuvée par la plupart des États du monde.

Ce rapport, très détaillé, a jeté un pavé dans la mare de ceux qui avaient fait de l’incident de Cologne leur cheval de bataille, amalgamant allègrement réfugiés – immigrés – musulmans, et manifestant à travers l’Europe en hurlant des slogans anti-réfugiés : rapefugees not welcome ! Stay away ! avec en illustration une femme coursée par une bande de satyres en rut.

Ce n’est pas d’aujourd’hui que je m’insurge contre l’hypocrisie d’État, et malgré l’indignation de façade de nos politiciens, je ne suis pas loin de penser que ça les arrangeait bien que leurs électeurs s’en prennent aux réfugiés plutôt qu’à eux qui se sont montrés incapables de gérer correctement le problème du flux migratoire pourtant prévisible de longue date. De là à penser qu’on ait pu chuchoter au procureur Bremer de bien vouloir mettre un bémol verbal à son rapport, sans doute pour calmer le jeu, en se contredisant, en affirmant que tous nos journalistes se sont trompés, en claironnant que finalement, tout bien réfléchi, «la plupart des suspects sont des réfugiés»… Mais non, dites-moi que je fabule!

Si seulement la vieille Europe pouvait prendre exemple sur le Canada qui gère le problème avec intelligence et humanisme, les réfugiés étant triés dès les camps de Jordanie et pris en charge pour moitié par l'État et pour l'autre par des ONG… tout en restant ferme à l’égard des quelques indésirables: ils seront expulsés. Parce qu’il y en a, et il y en aura encore. Mais gageons qu’ils resteront une infime minorité comme c’est le cas actuellement, n’en déplaise aux xénophobes.

Ne nions pas l’évidence, les ennemis de nos systèmes sont là, parmi nous. Le problème de nos fins limiers n’est pas de savoir si nous essuierons encore des attentats, mais plutôt de savoir où et quand. Le directeur d'Europol Rob Wainwright le rappelle dans un entretien accordé au journal allemand Neue Onsabrücker Zeitung : 3.000 à 5.000 hommes entraînés par le groupe terroriste Etat islamique sont en Europe. Mais il a aussi le bon goût de préciser : pas d’amalgames entre terroristes et migrants ; "Il n'y a aucune preuve concrète que les terroristes utilisent systématiquement les vagues de réfugiés pour s'infiltrer en Europe".

Je souhaite que nous redevenions humains, que nous évitions d’applaudir bêtement quand, comme hier encore à Dresde (Allemagne) un centre d’accueil est parti en flamme sous les acclamations d’un groupe de néo-nazis qui tentaient d’empêcher le travail des pompiers, ou encore quand des policiers allemands s’en prennent violement à des enfants, les traînant par le cou hors d’un bus, quand la France exige la destruction de la moitié du bidonville de Calais (prévue demain soir) sans possibilités acceptables d’hébergement des migrants, quand le maire belge de Zeebrugge interdit de les nourrir et que sa police les tamponne à l’encre indélébile, quand un ministre belge qui ne cache pas ses accointances avec l’extrême droite propose de leur faire porter un «badge» et de leur confisquer argent et biens de valeur (comme aux temps qui nous ramène aux heures les plus sombres de notre histoire, avec tatouage sur le bras, port obligatoire d'une étoile solidement cousue au revers du veston, spoliation des biens)… etc…etc.

Merci à la Presse dite crédible d'arrêter d'inciter à la haine pour les beaux yeux de ceux qui les financent, merci à nos décideurs et à nos populations d'en revenir à un peu d'humanité.

Juste un peu d’humanité, s’il vous plaît. Merci. HUBERT

PS : Cher papa, chère maman, arrêtez de vous retourner toujours comme ça dans vos tombes, ça dérange vos voisins et ça n’y changera quand-même rien.

Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #coups de gueule! coups de coeur!

Partager cet article

Repost 0