Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 « Engagement d’Or contre la Malaria en Afrique »

Prix « Engagement d’Or contre la Malaria en Afrique » 2016

Rapport de mission au Burundi /

Paul NYEMB NTOOGUE (larges extraits)

lWERLIEWEN et BELHERB ont soutenu Ie Réseau des Journalistes Africains pour la Lutte Contre le Paludisme (RJAP) pour la présentation et la remise à Bujumbura, du tout premier prix de l'«Engagement d’Or contre la Malaria en Afrique». Prix décerné à Ginette Karirekinyana, présidente de l'ACECI.

Après conseils et avis du Pr Pierre Lutgen, j'ai effectué pour le compte des trois organisations, un voyage sur Bujumbura. C'est finalement le 24 mai 2016 que je quitte Douala après des tracasseries qui ne m'ont pas permis de prendre le vol pourtant prévu le 19. Arrivé le 25 au soir, je suis accueilli depuis l'aéroport par une équipe de l'ACECI avec Ginette en tête.

Puis nous partons pour ses bureaux à Rohero II, où m'attendent d'autres collaborateurs à elle et quelques journalistes. Je suis conduit dans un appartement meublé non loin, après une brève présentation de l'organisation que dirige notre lauréate.

ACECI

Première surprise, je découvre que l'ACECI qui fait essentiellement dans les produits anti-malaria, est bien structurée avec des employés à la production, d'autres à la distribution et une à la vente-comptabilité.

Mais Ginette a réussi à mobiliser des femmes dans plusieurs régions du Burundi en amenant chaque communauté (ou plutôt groupe) à se constituer en association. Ces associations pour lesquelles l'ACECI a négocié l'ouverture des comptes dans des Emf (Microfinance), lui fournissent des plantes de plusieurs variétés ou les pots de conservation, moyennant à la fin de chaque mois, un paiement par virement. Je vais dans les jours d'après, rencontrer les membres de quelques-unes de ces associations: des femmes plutôt enthousiastes et fières de mener une activité génératrice de leur principal revenu! Je peine à croire que l'activité autour des plantes médicinales, en dehors de la passion, peut aussi rapporter de l'argent fut-il un peu, dans nos pays.

La première journée, celle du 25 mai, se termine par une promenade dans cette ville que les médias étrangers disent baigner dans une insécurité incommensurable, depuis la tentative de coup d'Etat avorté. (…)

LE PRIX A GINETTE.

Le 26 mai 2016 marque l'objet même de notre arrivée à Buja: la cérémonie de présentation et de remise de prix de l'Engagement d'Or contre la Malaria (l'EOM) en Afrique. Tout un évènement au cours duquel Ginette et moi, étions les principaux intervenants. Après la présentation du Prix et des partenaires notamment IWERLIEWEN et BELHERB, ainsi que les membres du jury, l'assistance va longuement ovationner Ginette dont les initiatives contre le paludisme sont rappelées.

Mon discours comme celui de Ginette après, va rester concentré autour du projet Cataire et l'Artemisia. Nous allons rappeler les vertus de cette dernière plante dans la lutte contre le paludisme. Tout en rappelant les études menées dans la région des grands lacs par plusieurs chercheurs dont Jérôme Munyangi en RDC voisine.

Ginette a reçu le certificat de son prix devant un parterre d'hommes et femmes de médias locaux et internationaux dont BBC qui a fait une diffusion comme la TV nationale ou plusieurs autres médias, à l'instar de l'agence turque Anadolu, Iwacu, Isanganiro, Nderagakura, radio Colombe, etc. Etaient aussi présents, plusieurs invités et personnalités dont les Directeurs Généraux, des ex-ministres, des administrateurs de communes, le personnel de certains organismes internationaux, dont Oxfam, Union Africaine, des responsables d'entreprise, des amis, malades, médecins, etc. Comme convenu, un chèque a aussi été remis à Ginette qui a pris la peine de rappeler l'appui à elle déjà apporté par IWERLIEWEN. La ministre de la santé en mission à Genève, n'était naturellement pas de la partie. Mais les échos qui ont traversé les frontières du Burundi, lui sont parvenus. Ginette compte d'ailleurs la rencontrer cette semaine pour lui présenter son prix et profiter pour lui parler de sa demande de partenariat.

C'est autour d'un buffet au "menu" naturel que la cérémonie s'est achevée. L'autre surprise était de voir tout ce monde tirer un grand plaisir à consommer des boissons et des pilis (Samboussak) spécialement faits par l'ACECI à base des plantes. De quoi amener Ginette à réfléchir par rapport à un projet de restaurant au menu à base des plantes. Original! Alors que des félicitations viennent de partout, l'intrigue va venir du coup de fil après, du personnel de l'Union Africaine nous priant de ne pas mentionner le nom de l'U.A. dans notre rapport ni les rendus média! J'ai fait le contraire, hélas!

Pour sûr, Ginette vient d'administrer une leçon à ses détracteurs à travers ce prix. Qu'elle me le rappelle encore pendant mon séjour à Buja est très rassurant. Mais l'ennemi ne dort jamais...

LES VISITES

Les autres jours ont été essentiellement consacrés aux visites.

Vendredi 27 mai 2016, Ginette et moi avons rendu visite à quelques média, notamment la télévision nationale du Burundi où nous avons eu un entretien très positif avec Faustin Ndayizeye, son Directeur général qui a promis accompagner Ginette en matière de communication.

Nous avons après été reçus à la radio Nderagakurera. Et ce, après une séance de travail à la KCB – Kenya Commercial Bank- où Ginette tente d'avoir un financement pour augmenter sa capacité de production des anti-malaria.

Nous avons terminé tard cette journée, par la réception au Ministère de la Santé. La causerie avec le Directeur Général de la planification, le Dr Jean Népomucène Gahungu a été franche. Tout en reconnaissant que le prix décerné à Ginette honore tout le Burundi, il invite le Réseau des Journalistes Africains pour la lutte contre le Paludisme et ses partenaires à continuer le soutien à Ginette, invite Ginette à rencontrer la ministre pour lui présenter le prix mais surtout lui parler du partenariat entre le ministère et l'ACECI. Il reconnaît que les taux de prévalence en ce qui concerne le paludisme, a doublé dans certaines provinces et triplé dans d'autres. Il semble toutefois aviser que Ginette n'est pas encore sortie de la ligne de mire des détracteurs tapis dans ce ministère.

Si le partenariat est signé, Ginette compte amener le ministère à accepter une étude clinique comparative sur deux villages pilote où dans l'un l'on continuera à administrer les pilules avec tous les moyens dits modernes de lutte contre le paludisme et dans l'autre village, juste la tisane à donner à la population et comparer les effets après.

Samedi, nous nous sommes rendu à Gatumba à 5 km de la frontière avec la Rdc. Où nous avons discuté avec l'association Bizoza, Bakenyezi kora. Cette association des femmes est partenaire de l’ACECI et lui fournit des herbes qui constituent alors une matière première. Mais à leur adresse la lauréate demande qu'au moins ceux qui travaillent avec l'ACECI ne doivent plus souffrir du paludisme.

Bousculé en semaine, c'est dimanche 29 mai 2016, que nous avons pu joindre Ingo. Pendant environ 1h30, il a pu décrire et présenter ses produits dont il m’a gentiment offert quelques échantillons. Et, avec Ginette, il a expliqué l'hypocrisie des fonctionnaires des organisations internationales et nationales qui les combattent alors même qu'ils viennent s'approvisionner chez eux. Notre mission s'est achevée ce dimanche 29 mai 2016 avec le sentiment que le Burundi est plus avancé dans dynamique de lutte contre le paludisme malgré la flambée, que bien d'autres pays.

L'implication des journalistes Burundais dans cette cause m'a particulièrement marqué. Ils se montrent disposés à accompagner Ginette dans son combat et s'attendent à ce que le Réseau organise un séminaire ou atelier de renforcement des capacités à leur attention.

Paul NYEMB NTOOGUE

Prix décerné à Ginette Karirekinyana, présidente de l'ACECI.

Prix décerné à Ginette Karirekinyana, présidente de l'ACECI.

Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #associations - ONG

Partager cet article

Repost 0