Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Course à la Maison Blanche : il rit le clown !

Il rit, Ronald le clown Mc Do ; il rit, il rit … comme savent si bien le faire les clowns, avec des grandes claques sur les cuisses !

Il a assisté comme nous (presque) tous à la première manche de la course à la présidence des USA, première puissance mondiale. Du tout grand show à l’américaine avec flonflons, joutes oratoires, échanges de tartes à la crème, comme aux heures de gloire des westerns et comédies burlesques à la Laurel et Hardy. Fameux spectacle, on s’est régalés, et on se réjouit que le meilleur soit encore à venir avec au final le sacre de la personnalité la plus puissante de la planète. Suspens digne des meilleurs thrillers…

Et quel jeu d’acteurs ! Pour peu, on y croirait à leurs rôles de composition. J’ai toujours eu du respect et même un tantinet d’admiration pour les grands de ce monde qui parviennent à nous émouvoir par une larme versée à propos face aux caméras, ou un juste trémolo dans la voix pile poil au bon moment choisi par le metteur en scène.

Vraiment, ils font encore plus fort que les stars du cinéma, car ils n’ont droit qu’à une seule prise, en live, sans aucune chance de recommencer autant de fois qu’il le faut la séquence de la pleurnicherie ou du speech de condoléances. Sauf peut-être pour les clips de propagande où ils la jouent proche du petit peuple, attablés dans une pizzéria ou sur un chantier la pelle et la pioche à la main, ou rappant à tue-tête dans un taxi, ou encore jouant au foot avec les gosses du quartier ; là, les cameramen accrédités ont tout loisir de travailler l’image et le son en prenant soin de laisser les men-in-black hors du champ.

Mais bon, laissons de côté les observations bassement techniques et laissons-nous délicieusement envahir par l’émotion, le rire, les larmes. Sinon, on raterait le meilleur.

Notez, c’est comme ça aux States, mais aussi partout dans le monde où Ronald a implanté ses succursales. Non, amis Ricains, vous n’avez pas le privilège de la bouffonnerie, nous aussi on est bons dans le genre, c’est juste qu’on manque de moyens, mais le talent y est. Si, si. Et je l’affirme sans chauvinisme. Que la gauche ou la droite gouverne, c’est quand-même toujours Ronald qui est aux manettes, sans surprise.

Moi, je joue le jeu de bon cœur, un peu comme quand je suis allé voir Titanic au cinéma en sachant pourtant très bien à l’avance qu’il finirait par couler ; ici c’est pareil, on sait d’avance qui sera vainqueur de la course à la Maison Blanche : le clown Mc Do.

C’est lui qui continuera de tirer les ficelles de la marionnette, c’est lui qui fera fermer ou non Guantanamo, interdira ou pas les ventes d’armes à tout le monde et à n’importe qui, accordera ou non la sécu à son bon peuple, rétablira la paix dans le monde à grands coups de canon… ou pas.

Moi, bon public, bon enfant, je regarderai avec fascination les marionnettes en oubliant le marionnettiste caché dans l’ombre, et j’applaudirai ou je huerai Guignol, comme un gosse.

Il rit Ronald le clown, et avec lui sa cour de joyeux lurons banquiers et businessmen. Ils sont et restent les maîtres du monde et s’amusent de notre incommensurable naïveté. Ils rient de nous, et nous on rit aussi, mais sans savoir pourquoi. Qu’importe d’ailleurs du moment qu’on s’amuse, n’est-ce pas ?

Alors, bravo, le clown, bravo ! Que le spectacle continue.

HUBERT

Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #coups de gueule! coups de coeur!

Partager cet article

Repost 0