Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cancer des idées : maladie incurable.

Il est admis que le mensonge soit autorisé en politique. Combien de campagnes électorales n’ont-elles pas été fondées sur d’énormes fumisteries, combien de grands décideurs n’ont-ils pas justifié leurs malversations allant parfois jusqu’aux carnages guerriers par des mensonges éhontés ?

Mensonges propagandistes se propageant de bouches à oreilles et se multipliant comme la vermine, certains slogans populistes, xénophobes, racistes… gangrènent les esprits. Le cancer des idées est une maladie virale dégénérative grave, quasiment inguérissable car, comme disait Albert : « il est plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé ». Prenons garde, c’est contagieux.

On assiste ici en ce moment à un regain d’activité de ces maudits virus depuis l’arrivée massive de migrants venus du Sud. J’entends et je vois des gens pourtant bienpensants (la sainte famille Machin, le père, la mère, le fils, le St Esprit) claironner à tout va que c’est une honte de constater que les migrants sont en grande majorité des hommes, qui ont abandonné femme et enfants au pays, fuyant lâchement guerre et misère. Certaine politicienne française a été jusqu’à marteler ce chiffre : 99%.

Nuançons.

Il est vrai que parmi ceux qui viennent tenter leur chance ici pour raisons économiques, beaucoup sont de jeunes hommes chargés par leurs familles d’essayer de se faire une place en Occident pour pouvoir subvenir à leurs besoins, quitte par la suite, si tout va bien, d’envisager un regroupement familial. Où est le mal ? Combien de nos jeunes ne font-t-ils pas pareil pour chercher fortune sous des cieux plus cléments ? (plus de 500.000 expats rien que pour la petite Belgique l’an passé.) (... migrants luxembourgeois (*) ...)

Notons aussi, pour replacer l’église au milieu du village, que les «économiques» sont largement minoritaires dans l’ensemble des migrants qui nous arrivent ici depuis ces quelques dernières années, contrairement aux idées reçues. Consultons les chiffres officiels avant de répéter des âneries.

Selon le HCR, les Syriens fuyant les bombes ont représenté à eux seuls 54 % des migrants ayant traversé la Méditerranée en 2015. Ajoutons (par ordre dégressif en pourcentage) les Afghans, Erythréens, Irakiens, Nigérians, Somaliens…

Toujours selon le HCR, la répartition des hommes et des femmes dans les camps de réfugiés en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Irak et en Egypte est de 50,5% de femmes et 49,5% d’hommes, tous âges confondus.

Face au danger qu’est le périple qui les mènera du Moyen-Orient jusqu’en Europe, beaucoup de pères de familles se lancent seuls dans l’aventure, avec l’espoir de faire venir par la suite femme et enfants quand leur situation aura été régularisée, mais alors confortablement installés dans un avion de ligne. C’est beaucoup moins cher que par les filières de passeurs et surtout beaucoup plus sécurisant qu’un rafiot pourri.

Ne voulant pas être séparées, on voit malgré tout bon nombre de familles tenter le tout pour le tout. Toujours selon les chiffres du HCR (avril 2016), la proportion des morts noyés en Méditerranée depuis janvier était : 53% d’hommes, 18% de femmes et 29% d’enfants, chiffres approximatifs puisqu’on ne connaît pas le nombre de disparus.

Que dire encore quand on voit les chiffres de l’UNICEF ? Et là, on ne parle que des enfants abandonnés seuls à leur sort… En 2015, plus de 100.000 mineurs non accompagnés ont demandé l’asile dans 78 pays. Rien que dans la toute petite Jungle de Calais, l'association France Terre d'Asile en a recensé pas moins de 326, sans parents ni responsables légaux. La plupart ont entre 13 et 18 ans. Mais les plus jeunes ont à peine 10 ans (février 2016).

Puis il y a tous les autres, femmes et enfants qui se terrent au camp pendant que les papas tentent désespérément de gagner l’Angleterre. Evidemment, vous ne les voyez pas, et les caméras des JT ne nous montreront que des hommes qui font le forcing pour monter à bord des camions, pas de femmes ni d’enfants.

Si d’aventure il vous arrive d’entendre dire que les migrants sont à 99% de jeunes hommes lâches et opportunistes qui ont fui guerre et misère en abandonnant femmes et enfants, contentez-vous de hausser les épaules. Ceux qui disent ça sont atteints d’une maladie incurable : le cancer des idées reçues, vous ne pouvez plus rien pour eux.

HUBERT

(*) Migrants luxembourgeois : Au début de l'année 2016, le Luxembourg comptait 576.249 habitants. Nombreux sont ceux qui ont quitté le pays ces dernières dix années. L'année 2015 a été celle de tous les records avec 12.644 départs enregistrés. Les plus concernés par ces départs se situent dans la catégorie de moins de 40 ans et les étudiants qui décident souvent de poursuivre leur vie et leur carrière dans un autre pays, leur famille les suivant souvent. (RTL - vendredi 9 septembre 2016)

Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #coups de gueule! coups de coeur!

Partager cet article

Repost 0