Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sus aux sacs plastique !

Sans vouloir me la péter, et en toute modestie, sachez que je jouis d’une grande notoriété. Je suis connu au quartier, dans ma rue. Pas dans toute la rue bien-sûr, mais du-moins auprès des deux vendeuses de fruits et légumes de la petite surface commerciale où j’ai mes habitudes quotidiennes.

A leurs sourires en coin et aux œillades goguenardes qu’elles s’échangent dès qu’elles m’aperçoivent, je sens bien qu’elles m’ont classé dans une catégorie d’exception de leur clientèle.

Leurs petits gloussements un tantinet moqueurs quand elles me chuchotent «alors, Monsieur, toujours dans la récup’ ?» au moment de peser carottes ou tomates que j’ai choisies à l’étal cachent mal l’admiration qu’elles éprouvent pour mon noble combat écologique.

C’est que, plutôt que d’utiliser à chaque achat un nouveau sachet de plastique, je ressors une, deux, trois fois le même, et sur lequel elles superposent jour après jour les étiquettes autocollantes de la balance.

Ma notoriété s’est étendue jusqu’au chef de rayon qui est venu me trouver personnellement en me disant que je pouvais franchement utiliser un nouveau sachet, que son enseigne avait les moyen d’en offrir à chaque client et que d’ailleurs il en avait des milliers, des millions en réserve.

J’ai aussi dû intervenir auprès de l’hôtesse de caisse qui était sur le point d’admonester les filles des fruits et légumes pour outrage à clientèle, à la vue de mon vieux sachet tout fripé. «N’en faites rien, Madame», lui ai-je dit, me drapant dans mon habit de sauveur de la planète, «j’en assume l’entier sacrifice pour le bien de l’humanité et des tortues géantes des Galápagos».

A voir les regards perplexes des clients qui me suivaient ce jour-là à la caisse, les sourcils en points d’interrogation, j’ai mesuré l’étendue de mon combat persuasif: pas gagné d’avance…

Je n’ai pas la prétention d’enrayer à moi tout seul la pollution des océans par les déchets de plastique, mais je pense que si chacun pouvait faire l’effort de réutiliser ne fusse qu’une seule fois chaque sachet, on diviserait déjà par deux son inexorable prolifération.

Un tout petit geste au quotidien, multiplié par les quelques 7,43 milliards d’individus que nous sommes sur Terre, ça n’empêchera pas la vie d’aller droit dans le mur, mais ça ralentira l’échéance fatidique.

A bon entendeur… HUBERT

Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #coups de gueule! coups de coeur!

Partager cet article

Repost 0