Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(la piètre mise en page de cet article est due à une nouvelle configuration du blog. Désolé)
Bruxelles, le 28 Janvier 2012.MaîtreTefengang
L’Afrique subsaharienne, un continent riche de ressources naturelles diverses et multiples, de son histoire, de sa culture et de sa population travailleuse et courageuse, qui aspire encore et toujours à un avenir meilleur de justice, de liberté et de dignité, fait face à un mutisme total de la communauté internationale.
Cette grande région du monde, qui couvre plus de 6% de la surface du globe, a toujours été une source de convoitise des grandes puissances de ce monde, et continue à l’être encore aujourd’hui principalement pour ses trésors de ressources naturelles  (pétrole, gaz naturel, charbon, minerais, …).
Après avoir vécu longtemps et directement sous l’oppression du colonialisme, l’Afrique subsaharienne continue à subir quasiment le même sort d’instabilité et de déni de droit à travers le néo-colonialisme.
Les grandes multinationales, soutenues par les régimes dictatoriaux,  exploitent MeWaboMabouabusivement ces ressources en contradiction totale avec le droit, les normes et conventions internationales en vigueur.
 A ce titre, il convient de rappeler que ces multinationales sont souvent dénoncées comme contribuant à la paupérisation des populations autochtones. Lesdites populations vivent des réalités plus dramatiques que ce qui est présenté ou de ce qu’on peut imaginer.
En effet, depuis quelques années, on assiste à l'exploitation de nouvelles ressources naturelles par les pays asiatiques dits émergents (la Chine et l'Inde). Cette réalité se traduit par l’engagement chinois en Afrique subsaharienne en général et par une présence massive de la diaspora indienne en Afrique de l'Est. Après la Françafrique, voici nés de nouveaux groupes d’influence, à savoir la Chinafrique et l’Indafrique.
 A côté de l’exploitation pétrolière, qui ne profite nullement aux peuplades locales, on assiste à une nouvelle forme d’exploitation Me-Gultaslarnée de la quête permanente de nouvelles sources d’énergies : la spoliation des terres agricoles au profit d’une industrie dite agroalimentaire. Les terres agricoles sont achetées, et les surfaces concernées qui sont par ailleurs très importantes, sont  affectées à la culture de plantes à fort rendement, au détriment des cultures vivrières, faisant de l’Afrique un continent qui subit la malnutrition et des famines régulières.
C’est dans ce contexte de déni des droits humains fondamentaux (pauvreté, famine, tortures, assassinats, privation des libertés démocratiques, emprisonnements sans procès équitable, disparitions…) que l’AFD International dans sa quête de défense des droits humains dans le monde, met en manfo-jean-reneimportance de premier ordre, et avec l’ensemble des acteurs locaux et internationaux, la situation dramatique des droits de l’homme sur ce continent, à travers sa Section Afrique Sub-sahara basée au HQ Office, Bruxelles, sous la direction du Maître Guillaume TEFENGANG, Avocat au Barreau de Bruxelles.
Dans cette perspective, AFD International annonce la mise en place de sa représentation au Cameroun (AFD International – Cameroun) représentée par Maître MANFO SONGONG Jean René, avocat au Barreau du Cameroun, dont les bureaux sont établis à Douala - Cameroun.
Alors qu’aujourd’hui les dirigeants africains sont en réunion à Addis-Ababa en PEK-portrait2Ethiopie dans le cadre du 16ème sommet de l’union Africain, AFD International saisit cette occasion pour adresser une lettre ouverte au président de la commission de l’UA. Dr. Jean Ping ainsi qu’au Président de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, Madame Catherine Dupe Atoki en vue d’attirer leur attention sur le cas de Monsieur Paul Eric Kingué, prisonnier politique, ex maire de Njombe-Penja, détenu à la prison de New-Bell à Douala, Cameroun.
Il est impératif que cet élu du peuple, incarcéré pour des motifs à forts relents politiques, puisse bénéficier d’un procès équitable, conformément aux conventions internationales et à la charte Africaine des Droits de l’Homme et des peuples en vigueur depuis le 21 octobre 1986.
AFD International HQ Office Brussels, Belgium
Section Afrique Subsaharienne
africa@afdinternational.org
     

Merci pour votre participation au compte :

AFD (AFD International) - IBAN : BE18 132 5227257 65 - BIC : BNAGBEBB

avec mention : « pour PEK ». 

 
 
Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #affaire PEK

Partager cet article

Repost 0