Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

moringa-graines.gif

(la piètre mise en page de cet article est due à une nouvelle configuration du blog. Désolé)

Le choléra, maladie honteuse des régions  les plus insalubres de la planète, prend des proportions inquiétantes au Cameroun.  Honteuse non pas parce qu’elle résulte d’agissements inavouables de la part des victimes, mais plutôt des conditions d’hygiène déplorables dans lesquelles elles sont obligées de vivre. 

Un récent rapport de l’OMS le confirme. Extrait :

Cameroun: Dans six régions (Centre, Extrême Nord, Littoral, Nord, Ouest, Sud-Ouest), 7 869 cas, dont 515 mortels (taux de létalité de 6,5 %) ont été notifiés entre le 6 mai et le 3 octobre 2011.

 

L’article « Des malades de Choléra abandonnés dans les hôpitaux à Douala » signé Lydienne Epoupa  et publié le 28 octobre nous dépeint le choléra dans toute son horreur. (http://www.camer.be/index1.php?art=16512&rub=13:1)

 

L’un des facteurs de propagation du choléra est l’eau alimentaire des ménages. Comme il serait utopique d’imaginer pouvoir installer de grandes stations d’épuration dans l’urgence, voici quelques conseils à la portée de tous.

 

IFBV, une petite ONG luxembourgeoise, a quelques bons trucs et astuces dans son sac à disposition des populations les plus démunies de la planète. L’intérêt est que ces moyens sont simples, peu coûteux (voire gratuits), à la portée de tous et, surtout, vérifiés et scientifiquement certifiés.

 eau-traitee.gif

Extrait de l’une de leurs publications très récente:

 

Le Laboratoire d’Hydrosciences/Chaire UNESCO de l ’Université de Bangui en RCA a confirmé que les graines moulues de la plante Moringa olifeira permettent de clarifier l’eau trouble parce qu’elles contiennent un puissant floculant.

Des chercheurs de l’ONG luxembourgeoise IFBV ont découvert que la tisane extraite de la plante Artemisia annua permet de stériliser l’eau et cet effet a été confirmé par 4 universités.

 

moringa-oleifera.gifLa combinaison de ces deux plantes permet donc de produire de l’eau potable. Les deux partenaires considèrent  l’étape de recherche comme close et veulent passer à l’étape de réalisation sur le terrain, c’est-à-dire de traiter l’eau dans les nombreux ménages ou communautés qui n’ont pas accès à l’eau potable. Le procédé mis en œuvre consistera essentiellement à mélanger de la poudre de ces deux plantes avec l’eau de rivière dans un grand récipient, puis laisser décanter et agir.

    La plante Artemisia annua a en plus des propriétés immunostimulantes qui permettent de lutter efficacement contre le paludisme et d’autres maladies tropicales. La plante Moringa olifeira est utilisée comme complément nutritionnel dans de nombreux pays africains. Elle est de culture facile et très riche en vitamines,  protéines et sels minéraux. (Pierre Lutgen et Sebastien Steffes)

Trouve-t-on ces plantes au Cameroun ? Evidemment ! Un exemple entre tous, celui de Bertrand Sandjon de Douala qui se présente coartémisia-annuamme le spécialiste des plantes sauvages qu’il promeut depuis 23 ans : http://www.echobio.fr/bien-etre/natura-bio-au-cameroun-les-tresors-de-la-foret/

Par ailleurs, je vous renvoie à l’article concernant l’artémisia-annua publié sur ce blog en juillet dernier : http://coupdpouce-luxembourg-cameroun.over-blog.com/article-artemisia-annua-anti-palu-pas-cher-79718961.html  Vous y trouverez les liens qui vous permettront de vous approvisionner ou de cultiver.

Autre moyen encore plus simple et entièrement gratuit de purifier l’eau : la méthode SODIS, projet réalisé par IFBV et ses partenaires en Palestine, en Colombie, au Pérou, en RDC, au Maroc, au Cameroun et au Malawi. Vous versez l’eau insalubre dans des bouteilles en plastique, vous mettez ces bouteilles en plein soleil et après 6 heures vous avez une eau parfaitement potable. De nombreux essais en laboratoire ont démontré que les bactéries et parasites sont tués.

SODIS.jpg

Pour les sceptiques, en Colombie ce projet a été mis en œuvre avec le professeur Nestor Aguirre de l’Université de Antioquia à Medellin. L’Université a également fait des analyses qui démontrent clairement aux populations locales éventuellement incrédules que le procédé SODIS stérilise réellement l’eau.

Dans certains cas, les instructeurs ont dû lutter contre des préjugés tels que « Les bouteilles en plastique sont mauvaises pour la santé ». Rumeurs non fondées, et les inventeurs de la méthode, EAWAG-SANDEC en Suisse, ont d’ailleurs dû faire des analyses dispendieuses pour montrer qu’aucune substance dangereuse ne migrait du plastique dans l’eau.

Ces procédés d’épuration de l’eau ne dispensent évidemment pas d’observer les consignes d’hygiène et les recommandations du Ministère de la Santé camerounais qui a mis en place un centre de commande et de lutte contre le choléra à Maroua, dans la région de l’Extrême Nord.

 

Vous avez des parents, des proches, des amis au Cameroun et vous avez raison de vous inquiéter pour leur santé. N’attendez pas pour leur transmettre l’information. Et vous qui avez les moyens de diffuser cet article, n’hésitez pas. Mieux vaut prévenir que guérir.

 

Hubert (de Luxembourg).

Merci aux éminences grises qui ont vérifié l’exactitude de cet article.

Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #associations - ONG

Partager cet article

Repost 0