Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

07/12/2011

 Palais Justice Dla221008225

Cher ami qui peine à t’y retrouver dans cet imbroglio !

C’est vrai que l’affaire Kinguè qui, au départ, semblait d’une simplicité enfantine, prend des allures d’affaire d’État extrêmement compliquée. Récemment interpellés par des députés de la nation, les ministres de la Justice et des Finances ont semblé bien embarrassés, se contentant de répondre un peu maladroitement qu’ils n’étaient pas au courant… ! Dont acte ; maintenant, ils le sont.

Comme tu n’es pas seul à t’interroger suite au dernier « message @tous » dans lequel PEK nous dit son intention d’aller en Justice contre les bananeraies et contre le Ministère des Finances, permets-moi de rendre cette réponse publique.

Tu me questionnes suite à l’intention de PEK d’assigner en Justice dans les prochains jours PHP, SPM et CAPLAIN ainsi que le Ministère des Finances, les uns pour n’avoir jamais payé les impôts communaux malgré la décision formelle de la Direction Générale des Impôts de décembre 2007, les autres pour avoir omis de faire appliquer cette décision depuis quatre ans. On le voit, même enchaîné, PEK poursuit son combat avec tous les moyens dont il dispose.

Question : qu’est-ce que ça vient faire dans les procès en cours ?

Réponse : rien… et tout à la fois.

Effectivement, que ces sociétés payent ou non les impôts communaux ne changera rien aux procès en cours contre lui puisqu’il n’est officiellement poursuivi que pour les motifs de droit commun que l’on sait.

Pour remettre les choses au clair, l’affaire Kinguè comporte deux volets distincts.

D’une part nous avons un homme ignoblement écrasé qui croupit dans sa cellule depuis quatre ans et qui a subit les pires tortures qui soient pour avoir soi-disant détourné des sommes d’argent au demeurant ridicules. Pour ça, nous exigeons que Justice lui soit rendue dans le strict respect des lois. Ce serait tout simple et réglé rapidement s’il n’y avait pas d’autres raisons infiniment plus graves qui justifient cet acharnement contre lui.

Car, d’autre part, PEK a déclaré la guerre au système de corruption institutionnalisé qui pourrit l’économie du pays tout entier, au mépris des lois, enrichissant démesurément de grosses sociétés étrangères et quelques autorités locales au détriment des populations.

  En 2008, PEK était maire de Penja. Il a constaté que PHP et les autres bananeraies ne payaient pas d’impôts à la commune parce qu’elles étaient illégalement exonérées, comme le sont les ONG humanitaires ou les ASBL par exemple. Il a demandé au Ministère des Finances de supprimer cette exonération qui ne s’expliquait pas, ce qui a été fait. Et donc, à partir de ce moment, elles devaient payer les taxes communales comme tous les commerçants et industriels.

Cet aspect de l’affaire qui a été soigneusement occulté, voire nié, jusqu’à présent s’impose maintenant de façon sous-jacente dans les procès en cours et les avocats internationaux ont la ferme intention de le mettre en lumière si on leur laisse la parole.

 

Jusqu’à ce jour, elles n’ont pas payé. Elles sont en tort, et le Ministère des finances aussi puisqu’il doit exiger le paiement et ne le fait pas.

Ces grosses sociétés se sont toujours arrangées avec les Autorités locales pour ne pas payer l’impôt en distribuant sous la table quelques enveloppes, et PEK en a la certitude puisqu’elles lui ont proposé une « rente » (20 millions de francs CFA / Trimestre) pour qu’il se taise… et qu’il a refusée.

C’est énorme comme combat contre la corruption, parce que on se doute que toutes les grosses sociétés étrangères font pareil depuis toujours. Elles ne payent pas ou très peu d’impôt. Si PEK parvient à faire payer PHP, SPM et CAPLAIN, les trois sociétés qui sont sur le territoire de Penja, TOUTES les autres au Cameroun risquent de devoir payer aussi, ce qui représente des sommes considérables.

Ce qui pourrit l’économie du Cameroun, c’est que tous les gros marchés sont tenus par des sociétés étrangères qui payent un minimum en salaires et qui ne payent pas l’impôt. Elles «s’arrangent à l’amiable » avec les dirigeants, au détriment de la population. C’est le cœur même du combat contre le néocolonialisme. Résultat, comment expliques-tu que la population vive dans la misère alors que, par exemple, le Cameroun possède le plus grand gisement mondial de cobalt ? Et ce n’est qu’un seul exemple entre mille.

Comprends-tu l’ampleur du combat de PEK ? C’est ENORME ! En portant plainte, il oblige la Justice à faire son devoir puisque le Cameroun est un État de droit. D’où notre importance dans l’affaire parce que, si le monde entier ne surveille pas, rien ne changera jamais. Le système mafieux est très solide.

Je dis « mafieux », parce que c’est tout un réseau d’amis politico-économiques qui agissent illégalement pour s’enrichir au détriment du peuple tout entier. Celui qui n’est pas d’accord est éliminé, c’est le cas de PEK qui, au départ, ne mesurait sans doute pas bien la portée de son geste. En brave Maire honnête, il voulait tout juste le bien de sa petite commune. Aujourd’hui, devant l’ampleur du phénomène, des gens tremblent, de Penja jusqu’à Paris et ailleurs dans le monde. Parce que si d’autres Maires d’autres communes camerounaises font comme lui et réclament pour leur population ce qui leur est dû, ce sera tout un système qui s’effondrera. Et s’ils n’osent pas, je pense qu’on pourra compter sur PEK pour le faire à leur place.

J’espère que tu mesures mieux l’importance de notre action. Elle est énorme. Il y a deux choses : un brave homme écrasé dont nous partageons la douleur d’une part, et d’autre part le soutien à un combattant extraordinaire qui entrera peut-être dans l’Histoire.

Bien à toi, HUBERT (de Luxembourg).

Tag(s) : #Tous les articles de ce blog, #affaire PEK

Partager cet article

Repost 0